Cobalamine ou vitamine B12 – Effets

La vitamine B12 est le cofacteur de réactions de transméthylation et de réactions d’isomérisation.

Chez les micro-organismes, la vitamine B12 participe à la méthylation des métaux comme l’arsenic, l’étain, le mercure, le plomb, ce qui augmente la toxicité pour l’homme de certains d’entre eux, mais réduit celle de certains autres comme l’arsenic.

Chez les mammifères la vitamine B12, sous forme de méthylcobalamine et d’adénosylcobalamine, catalyse l’activité de la méthionine synthase, de la méthylmalonyl-CoA-mutase.

Synthèse de méthionine à partir de l’homocystéine

La vitamine B12 et l’acide folique interviennent tous deux dans la transformation de l’homocystéine en méthionine par la méthionine synthase. La vitamine B12 accepte le groupe méthyl du méthylène tétrahydrofolate et le transfère sur l’homocystéine qui devient la méthionine.

Cette réaction a ieurs conséquences :

  • la synthèse de méthionine, qui sera ensuite transformée en S-adénosyl-méthionine, nécessaire à de très nombreuses méthylations
  • la régénération de l’acide tétrahydrofolique, THF, accepteur de groupe monocarboné (Voir « Acide folique ».). La déficience en vitamine B12 inhibe la régénération de l’acide tétrahydrofolique
  • la réduction de la concentration d’homocystéine dont l’augmentation peut être néfaste.

Le protoxyde d’azote, N2O, inhibe l’activité de la méthionine synthase par oxydation de l’atome de cobalt de la vitamine B12. Une exposition prolongée à des concentrations élevées de protoxyde d’azote peut être à l’origine d’une anémie mégaloblastique ou d’une neuropathie, ressemblant à celles qui résultent d’une déficience en vitamine B12.

Transformation du méthylmalonyl-CoA en succinyl-CoA

La vitamine B12, sous forme d’adénosylcobalamine, favorise l’activité de la méthyl-CoA mutase qui assure la transformation du méthyl-malonyl-CoA en succinyl-CoA. Le méthyl-malonyl-CoA provient des acides aminés, valine, isoleucine, thréonine et méthionine.

En cas de déficience en vitamine B12 l’acide méthylmalonique s’accumule dans les tissus. L’augmentation et de sa concentration plasmatique et de son élimination urinaire est un indice de déficience.