Taurine, inhibiteur

La taurine, NH2CH2CH2SO3H, est ainsi dénommée parce qu’elle a été isolée initialement dans la bile de taureau. Sa structure se rapproche de celle du GABA.

Métabolisme

La taurine est présente dans l’alimentation et est bien absorbée par le tube digestif. Elle est également synthétisée par l’organisme. Sa biosynthèse, qui s’effectue à partir de la méthionine en passant par la cystéine, comporte ieurs étapes. La vitamine B6 intervient comme coenzyme dans trois d’entre elles.

La taurine est présente dans l’ensemble des tissus, mais particulièrement à concentration élevée dans le cerveau, la rétine et le myocarde.

Sa concentration intracellulaire est de 500 à 2000 fois élevée que sa concentration extracellulaire; de ce fait elle intervient dans la régulation des échanges osmotiques.

La taurine pénètre à l’intérieur des cellules par co-transport avec le sodium qui est ensuite pompé hors de la cellule par la Na+ / K+ATPase. Sa concentration intra-myocardique s’élève en cas d’insuffisance cardiaque par augmentation de sa pénétration intracellulaire, et sa concentration plasmatique s’élève lors d’un infarctus du myocarde.

Effets

Les données de la littérature concernant les rôles possibles de la taurine comme médiateur sont moins précises que celles qui concernent le GABA. Mais on sait qu’elle favorise la pénétration des ions Cl à l’intérieur des cellules, ce qui augmente leur polarisation. La taurine a les effets suivants:

  • des effets de type GABA, notamment un effet antiépileptique qui est renforcé en présence de zinc.
  • une action anti-arythmisante et tonicardiaque. La diminution de la concentration de taurine intramyocardique pourrait aggraver les cardiomyopathies.
  • un effet protecteur vis-à-vis des surcharges calciques intracellulaires. La taurine module en effet la concentration de calcium en augmentant sa captation par le réticulum sarcoplasmique et en favorisant son extrusion hors de la cellule par stimulation de la calcium-ATPase.

Applications

Il n’y a pas à l’heure actuelle de médicament dont le mécanisme d’action principal soit une modulation de la synthèse ou de la libération de taurine.

La taurine elle-même n’est pas commercialisée. Un de ses dérivés, l’acamprosate ou acétylhomotaurinate, est utilisé dans le traitement de la dépendance alcoolique et précisément dans le maintien de l’abstinence chez le patient alcoolo-dépendant car il réduit l’appétence pour l’alcool.

Acamprosate

AOTAL* Cp gastrorésistant 333 mg