Inhibiteurs de la transcription

La RNA polymérase assure la transcription de l’information contenue dans le DNA. Le gène, fragment de DNA, constitue l’unité informationelle.

La transcription du DNA en mRNA se fait en présence d’ATP, UTP, GTP et CTP sous l’influence de la RNA-polymérase-DNA-dépendante, qui catalyse l’élongation de la chaîne. L’activité de la RNA polymérase est régulée par des activateurs et des répresseurs.

La lecture pour la transcription commence au niveau du promoteur, région de régulation de la zone codante du DNA. La RNA-polymérase identifie le promoteur, se lie à lui. L’initiation provoque l’écartement des deux brins qui forment une boucle où la transcription s’effectue.

Le mRNA, issu de la transcription, subit ieurs modifications, ou maturation, ou « processing », pour être transformé en une structure fonctionnelle : ces modifications comportent le délestage des introns par un mécanisme dit « splicing », la méthylation ou l’isopentylation de certaines bases.

Les rifamycines, antibiotiques macrocycliques produits par Streptomyces mediterranei, inhibent la RNA polymérase bactérienne DNA-dépendante, en se fixant sur l’une des cinq sous-unités de l’enzyme : la sous-unité b. Ils ont peu d’action sur la RNA polymérase humaine. Ce groupe d’antibiotiques comprend la rifampicine, la rifabutine et la rifamycine SV.

  • Rifampicine
    La rifampicine a une activité bactéricide vis-à-vis de nombreux germes, dont Mycobactérium tuberculosis et Mycobactérium lepræ ainsi que les staphylocoques, les streptocoques, Neisseria, Listeria monocytogenes, Brucella…

    Elle est utilisée comme un antituberculeux majeur, toujours associée à deux ou trois autres antituberculeux pour éviter l’apparition d’une résistance et comme anti-lépreux majeur.

    Ses autres indications sont la brucellose et la prophylaxie des méningites à méningocoques.

    Une caractéristique pharmacocinétique de la rifampicine est d’être un inducteur enzymatique. La prise de rifampicine peut donc accélérer le catabolisme de divers médicaments, comme les estroprogestatifs, ou provoquer l’apparition de porphyries. Par ailleurs, elle peut donner comme effet indésirable des syndromes pseudo-grippaux.

    La résistance à la rifampicine s’explique dans certains cas par sa ribosylation c’est-à-dire par la fixation d’un sucre sous l’influence d’une ADP-ribosyl transférase produite par le microorganisme résistant.

    Rifampicine

    RIFADINE* Gélules 300 mg, Sol buv, Inj (hôpitaux)
    RIMACTAN* Gélules, Sol buv

    La rifampicine est aussi commercialisée en association avec l’isoniazide et en association avec l’isoniazide et le pyrazinamide.

    Rifampicine 300 mg + isoniazide 150 mg

    RIFINAH* Cp

    Rifampicine 120 mg + isoniazide 50 mg + pyrazinamide 300 mg

    RIFATER* Cp

  • Rifabutine
    La rifabutine a une activité bactériostatique sur les bacilles acido-alcoolo-résistants, les mycobactéries typiques comme Mycobactérium tuberculosis, et atypiques comme Mycobactérium avium complex qui infecte certains immunodéprimés. Elle est également active sur ieurs bactéries gram positif.

    La rifabutine est indiquée dans le traitement curatif des tuberculoses multirésistantes, notamment à la rifampicine, et dans le traitement préventif des infections à Mycobactérium avium complex chez les sujets infectés par le virus de l’immuno-déficience humaine.

    La rifabutine a un effet inducteur enzymatique mais il est moindre que celui de la rifampicine.

    La rifampicine et la rifabutine peuvent provoquer une élévation des transaminases d’origine hépatique ainsi que des thrombocytopénies et des neutropénies. Elles donnent une coloration orangée à l’urine. La rifabutine a été à l’origine d’uvéites.

    Rifabutine

    ANSATIPINE* Gélules 150 mg

  • Rifamycine
    La rifamycine est utilisée sous forme de collyre.

    Rifamycine

    RIFAMYCINE* Collyre, pommade ophtalmique

  • Rifapentine
    La rifapentine est un analogue de la rifampicine utilisé dans certains pays dans le traitement de la tuberculose, en deux administrations par semaine.