Médicaments et biosynthèse des protéines

Les deux principales étapes de la biosynthèse des protéines sont la transcription et la traduction.

On appelle transcription la biosynthèse de mRNA, ou ARN messager, sous l’influence de la RNA-polymérase-DNA-dépendante, et traduction ou translation la synthèse protéique qui s’effectue au niveau des ribosomes. Cette dernière fait intervenir trois types de RNA :

  • le RNA messager, ou mRNA, qui véhicule l’information du DNA jusqu’aux ribosomes. Il est synthétisé sous l’influence de la RNA polymérase II.
  • le RNA de transfert, ou tRNA, qui se fixe aux acides aminés intracytoplasmiques et les transporte jusqu’aux ribosomes. Il est synthétisé sous l’influence de la RNA polymérase III.
  • le RNA ribosomal, ou rRNA, qui sert à l’assemblage des acides aminés en polypeptides. Il est synthétisé sous l’influence de la RNA polymérase I.

Les médicaments qui inhibent la synthèse protéique sont essentiellement des antibiotiques qui, dans les conditions d’utilisation en médecine, ont une spécificité d’action suffisante vis-à-vis des germes pour, habituellement, ne pas altérer la synthèse protéique chez le malade lui-même.

Les protéines synthétisées ne sont pas nécessairement fonctionnelles. Pour le devenir, certaines subissent des biotransformations post-translationnelles qui peuvent également être la cible de médicaments.

Enfin les protéines synthétisées sont dégradées. Le catabolisme des protéines intracellulaires s’effectue essentiellement par le système ubiquitine-protéasome.