Faut-il continuer à prescrire des bêta-bloqueurs aux hypertendus ?

Une méta-analyse parue dans le JACC (Journal of the American College of Cardiology) d’octobre 2008, intitulé « »  analyse les relations entre le ralentissement du rythme cardiaque et le risque d’accidents cardiovasculaires et de mortalité toutes causes confondues chez les hypertendus traités par bêta-bloqueurs comparativement aux autres traitements.

Cette étude arrive à la conclusion que chez les hypertendus le ralentissement de la fréquence cardiaque provoqué par les bêta bloqueurs, en particulier l’aténolol (Ténormine*), est associé à une augmentation du risque de mortalité toutes causes confondues, de mortalité cardio-vasculaire et d’accidents cardiovasculaires comme l’infarctus et l’insuffisance cardiaque.

Les auteurs de l’article font un certain nombre de commentaires sur la fréquence cardiaque : chez les personnes bien portantes un rythme cardiaque élevé est associé à un risque élevé d’accidents cardio-vasculaires; il en est de même chez les malades ayant des troubles cardiaques ; chez les hypertendus les choses sont compliquées, chez les hypertendus non traités une élévation du rythme cardiaque est un facteur péjoratif, au contraire chez les hypertendus traités par un bêta-bloqueur, c’est le ralentissement de rythme qui est un facteur péjoratif.

Au total, cet article conduit à mettre en doute l’intérêt des bêta-bloqueurs dans le traitement de l’hypertension artérielle essentielle isolée et, selon l’éditorial paru dans le JACC, les bêta-bloqueurs doivent garder comme indications l’insuffisance cardiaque, le post-infarctus du myocarde, les tachy-arythmies mais pas l’hypertension artérielle essentielle isolée.

Je tiens à mettre en garde les personnes traitées par bêta-bloqueurs pour hypertension qui, à la suite de la lecture de cette analyse, seraient tentées d’arrêter leur traitement, de ne pas le faire d’elles-mêmes. L’arrêt d’un bêta-bloqueur doit être progressif, nécessite une surveillance et doit être décidé par le médecin. J’ajoute que les éventuels méfaits des bêta-bloqueurs chez les hypertendus ne sont pas à ce point dramatiques pour nécessiter un arrêt précipité. Des données complémentaires peuvent d’ailleurs venir nuancer les conclusions de l’article analysé. 

Il y a actuellement 14 bêta-bloqueurs, soit de 20 spécialités, sans compter les associations bêta-bloqueurs-diurétiques et bêta-bloqueurs-inhibiteurs calciques, à avoir comme indication, parmi d’autres, l’hypertension artérielle. Cette indication est pour le moment répertoriée dans le RCP des produits précédemment cités.

http://ka4alka-ua.com

винстрол

steroid.in.ua

Laisser un commentaire