Perte de sérendipité en psychopharmacologie

Nous avons déjà parlé de sérendipité dans Iwin2016. Dans un article du JAMA du 5 mars 2008 intitulé « », un psychiatre américain, D.F. Klein  s’interroge sur les raisons de la perte de sérendipité en psychopharmacologie :  dans les années 1960  les grands médicaments psychiatriques, chlorpromazine, lithium, iproniazide (IMAO), imipramine, ont été découverts  par un hasard heureux que l’on appelle sérendipité et depuis lors aucun médicament marquant  n’a été découvert (les nouveaux neuroleptiques appelés antipsychotiques ne constituent pas une innovation majeure), ce  qui fait dire à l’auteur qu’il y a eu perte de la sérendipité.

L’auteur attribue en partie ce manque d’inventivité à la manière dont se déroule actuellement les essais cliniques, manière qui masque les effets particuliers et éventuellement bénéfiques des molécules testées. Il pense qu’il faut laisser une place aux essais cliniques ouverts avec observation fine des malades et conclut que durant les 40 dernières années  on a empêché la sérendipité de se manifester.

http://medicaments-24.net

http://medicaments-24.net

medicaments-24.net

Laisser un commentaire